Nouvelles

La Fondation Cole continue

de supporter la communauté montréalaise impliquée dans la recherche médicale et dans les activités théâtrale.

Dix-neuf compagnies montréalaises reçoivent d’importantes subventions pour financer leurs prochaines saisons

MONTREAL, mars 2015 – La Fondation Cole est fière de dévoiler le nom des lauréats des plus récentes subventions du programme Conversations interculturelles – Intercultural Conversations, un programme créé pour favoriser une meilleure compréhension de la mosaïque culturelle de Montréal par la présentation de productions de théâtre professionnelles mettant en scène les communautés culturelles et leurs histoires. Selon Barry Cole, président et chef du conseil d’administration de la Fondation Cole, « la présentation d’oeuvres dramaturgiques favorise une plus grande harmonie sociale entre les communautés culturelles de Montréal. » Des subventions totalisant 293 000 $ – une somme record attribuée à un nombre de candidats inégalé depuis la création du programme – ont été octroyées aux heureux lauréats pour les saisons 2015 à 2017.

Cette année, la Fondation Cole a reçu 36 demandes provenant de 25 compagnies, soit 16 compagnies de langue française et 9 compagnies de langue anglaise – la répartition la plus représentative à ce jour du milieu du théâtre québécois. C’est sans compter que de grandes compagnies de langue française soumettent elles aussi des demandes. La Fondation a eu le plaisir de recevoir à nouveau des demandes provenant de compagnies des Premières Nations, de compagnies spécialisées dans le théâtre jeunesse et d’un nombre grandissant de nouvelles compagnies et de nouveaux candidats. Au total, elle a reçu 8 demandes de subvention de création, 3 demandes de subvention de traduction et 25 demandes de subvention de production. Un jury composé de professionnels du théâtre montréalais s’est prononcé sur le choix des lauréats.

La Fondation Cole a pour mission d’élargir les horizons socioculturels des amateurs de théâtre dans le contexte d’un dialogue respectueux et non conflictuel – une expérience que pourront vivre des publics plus nombreux que jamais. Selon M. Cole, le plus récent appel de candidatures est unique dans la mesure où 19 des 25 compagnies candidates ont reçu une subvention. « La plupart des demandes prévoyaient un budget réaliste en proportion des moyens des compagnies. C’est pourquoi les fonds ont été partagés parmi un plus grand nombre de compagnies que jamais. » Depuis les 7 dernières années, la Fondation Cole a financé la création de 27 pièces, la traduction de 31 pièces, la production de 72 pièces et l’élaboration de 5 ateliers de théâtre. Certaines de ces productions ont fait l’objet de tournées au Québec, dans d’autres provinces du Canada, aux États-Unis, en Europe et ailleurs à l’étranger.

Compagnies retenues pour cette septième édition

Barry Cole se réjouit de la réponse du milieu du théâtre. « Plus de demandes que jamais méritaient d’être financées. La diversité de l’offre culturelle est extraordinaire. » Parmi les projets et thèmes interculturels proposés cette année, mentionnons la relation mère-fille dans certaines communautés juives et musulmanes, un projet de production in situ campé dans un quartier multiculturel de Montréal, une adaptation haïtienne d’un grand classique britannique, la plus grande distribution d’acteurs de couleur jamais présentée sur la grande scène d’un théâtre réputé, un spectacle de marionnettes inspiré d’un épisode de l’histoire, la réalité des diasporas palestiniennes et juives ainsi que la problématique des jeunes marginaux issus des minorités.
Des subventions de CRÉATION ont été accordées aux compagnies suivantes : Joe Jack & John – Trayvon de Kevin Williamson ; Productions Onishka – Recomposé d’un collectif d’artistes autochtones (également lauréats d’une subvention de traduction); Projet MÛ – Plaza d’un collectif d’artistes (également lauréats d’une subvention de production) ; Teesri Duniya Theatre – Birthmark de Stephen Orlov ; Toxique Trottoir – Dié Yo Engragé de Muriel de Zangroniz et Volte 21 – Les Electres des Amériques, Les Phares de la mémoire d’Hanna Abd El Nour.

Des subventions de PRODUCTION ont été accordées aux compagnies suivantes : Black Theatre Workshop – Binti’s Journey de Marcia Johnson, d’après les romans The Heaven Shop de Deborah Ellis et He Said/She Said d’Anne-Marie Woods ; Compagnie théâtrale du Centaur – Adventures of a Black Girl in Search of God de Djanet Sears ; Espace Libre – Like Mother, Like Daughter de Why Not Theatre ; Geordie Productions – Beneath the Banyan Tree d’Emil Sher ; Ondinnok Productions – Un monde qui s’achève – Lolà d’Anne Chapman ; Reverbere Theatre – Guérillas d’Anna Fuerstenberg ; RustWerk Refinery – Louis Riel : a comic-strip stage play de Chester Brown ; Tableau D’Hôte Theatre – Angélique de Lorena Gale ; Teesri Duniya Theatre – The Refugee Hotel de Carmen Aguirre ; The Other Theatre – Macbeth de William Shakespeare ; Théâtre I.N.K. – Lignedebus de Marilyn Perrault (également lauréate d’une subvention de traduction); Trois Tristes Tigres – Moi, dans les ruines rouges du siècle par Olivier Kemeid et Voyageurs Immobiles – Traversée d’Estelle Savasta.
Une subvention de TRADUCTION a été accordée à Youtheatre – In This World d’Hannah Moscovitch.

Les lauréats saluent cette chance de poursuivre le dialogue

Pour Yves Sioui Durand, directeur artistique d’Ondinnok Productions, « le soutien de la Fondation Cole permet à Ondinnok d’aller au bout de cette proposition théâtrale interculturelle rassemblant des interprètes

d’origine mexicaine, innue, huronne et uruguayenne autour du drame des Indiens selk’nam de la Terre de Feu. » Marilyn Perreault voit Lignedebus (Bus Stops en version anglaise) du Théâtre I.N.K. comme l’expression même du programme Conversations interculturelles, puisque le texte de la pièce a été écrit à partir de conversations entendues au détour d’un trajet en transport en commun et d’interviews réalisées avec des immigrants montréalais. Elle se réjouit d’ailleurs de le faire découvrir à un nouveau public : « Grâce à la Fondation Cole, nous aurons la chance de faire traduire le texte vers l’anglais […] et surtout nous pourrons présenter ce spectacle au public du Centaur. » Dans la même veine, Stacey Christodoulou, de la compagnie The Other Theatre, estime que les gens croisés dans le métro doivent inspirer des personnages sur scène et que l’art est un miroir de la société : « La diversité favorise la multiplicité des points de vue et offre une vision plus complexe du monde qui nous entoure. Elle nous force à sortir de la chambre d’écho de l’homogénéité pour mettre en doute nos préjugés et nos partis pris, et élargir la portée de notre empathie et de notre conscience de soi. » Geoffrey Gaquère, directeur artistique de l’Espace Libre, est fier de mettre au programme Like Mother, Like Daughter de Why Not Theatre : « Cette expérience théâtrale hors du commun sera l’occasion de présenter des communautés d’ici que nous connaissons peu ou pas du tout : les communautés juive et musulmane. Cet événement sera source de rencontres organisées, puisque chaque représentation se terminera par un repas autour duquel dialogueront les interprètes du spectacle et le public. » Pour Roy Surette, directeur artistique et administratif de la Compagnie théâtrale du Centaur, la subvention de la Fondation Cole est d’une aide inestimable : « Avec une distribution de 22 interprètes, Adventures of a Black Girl in Search of God est la plus grande production que le Centaur ait réalisée depuis bien des années ; ce projet d’envergure n’aurait pu être possible sans le soutien financier de la Fondation. » Le programme Conversations interculturelles a consolidé la mission du Teesri Duniya Theatre, reconnaît son directeur artistique, Rahul Varma. La compagnie puise son inspiration dans le multiculturalisme : « Nos prochaines saisons permettront à un nouveau public de s’initier au théâtre et de se voir représenté à l’avant-scène dans des histoires jamais racontées auparavant », affirme-t-il. Présentée dans le cadre du Festival TransAmériques et se déroulant in situ dans le quartier d’immigrants de la plaza Côte-des-Neiges, la pièce Plaza de Projet MÛ « explorera la question de l’intégration des nouveaux arrivants, créera un moment d’échange respectueux entre les communautés et ouvrira un espace de réflexion sur notre avenir commun », explique sa codirectrice générale, Geneviève Therrien. La compagnie se dit honorée de voir la Fondation Cole prendre part à ce dialogue à ses côtés.
Le prochain appel de candidatures du programme Conversations interculturelles sera ouvert aux productions mises sur pied à compter du 1er mars 2016 pour la saison 2016-2017 et du 1er mars 2017 pour la saison 2017-2018. Les compagnies de théâtre qui souhaitent poser leur candidature peuvent télécharger les documents sur le site de la Fondation à colefoundation.ca/fr/communaute/formulaire-de-candidature.

Cette nouvelle à été publié sous Communiqués de presse le 3 mars 2015.