Nouvelles

La Fondation Cole continue

de supporter la communauté montréalaise impliquée dans la recherche médicale et dans les activités théâtrale.

25 compagnies | 28 subventions essentielles accordées | 375 000 $ investis dans le théâtre multiculturel montréalais

Encourager le dialogue théâtral entre les communautés culturelles de Montréal

MONTRÉAL, 17 mars 2017 – La Fondation Cole est fière de dévoiler le nom des lauréats des plus récentes subventions du programme Conversations interculturelles – Intercultural Conversations (CI-IC), un programme créé pour favoriser une meilleure compréhension de la mosaïque culturelle de Montréal par la présentation de pièces de théâtre professionnelles mettant en scène les communautés culturelles et leurs histoires. Depuis huit ans, en privilégiant le dialogue interculturel et multiculturel pour ses initiatives communautaires, la Fondation Cole a encouragé et cultivé l’exploration théâtrale autour de ces thèmes. De nombreuses compagnies, indépendantes ou d’envergure, ont créé des productions grâce aux différentes possibilités de financement : les subventions de création, les subventions de production et les subventions de traduction ; le partage du travail entre les compagnies, la présentation d’histoires des autres sur scène, et la possibilité de présenter des pièces à de nouveaux auditoires en encourageant le dialogue tout au long du processus. Parmi les compagnies plongées dans ce type de croisement culturel, on trouve le Centaur Theatre, le Talisman Theatre, le Théâtre I.N.K., les Geordie Productions, le Théâtre Aux Écuries, les Productions Ondinnok, le Teesri Duniya Theatre et Volte 21, pour ne nommer que celles-là. Parallèlement au programme CI-IC, la Fondation Cole soutient aussi les nouveaux traducteurs et une résidence en traduction, conjointement avec l’Atelier de dramaturgie de Montréal, en plus de parrainer le prix de la traduction de la Quebec Writers Federation.

Cette année, des subventions totalisant 375 000 $ ont été octroyées, ce qui représente la plus importante somme jamais accordée depuis la mise sur pied du programme CI-IC. Barry Cole, président et chef du conseil d’administration de la Fondation, est heureux de constater l’augmentation toujours croissante du nombre de compagnies francophones qui font une demande de subvention dans le cadre du programme Conversations interculturelles. Il explique : « Cela place la diversité à l’avant-plan pour une majorité de Montréalais, ce qui ne peut qu’engendrer des répercussions positives. Plus que jamais, le climat politique général fait ressortir l’importance de présenter la diversité de manière non conflictuelle. » En abordant la problématique de front, plusieurs importantes organisations artistiques, dont le CEAD, le CQT et le CALQ,
ont tenu des conférences, des colloques et des symposiums portant sur le racisme et la diversité.

Pour les subventions, trois types de dialogue interculturel sont pris en compte : des pièces qui présentent un dialogue entre plus d’une communauté culturelle ; des pièces dans lesquelles on ne retrouve qu’une seule communauté culturelle – le dialogue s’engage alors avec l’auditoire ; et des pièces qui illustrent le caractère unique de la communauté francophone ou de la communauté anglophone du Québec, et ce, dans la langue opposée.

Productions retenues cette année

L’élément déclencheur du programme Conversations interculturelles a été le rapport de la commission Bouchard-Taylor en 2008, qui reconnaissait le multiculturalisme de Montréal et la nécessité de favoriser le dialogue interculturel entre les citoyens. Récemment, le rapport a refait les manchettes lorsque Charles Taylor a publié une lettre dans La Presse où il soutient que la restriction du port de vêtements religieux « stigmatise les minorités ». Le programme CI-IC cherche à évoluer et à s’adapter au paysage culturel changeant du Québec. En 2016, le nombre de demandes a augmenté de 10 %, démontrant l’intérêt grandissant de présenter des pièces de théâtre qui abordent la diversité culturelle. Les pièces touchent un large éventail de cultures et traitent des différentes communautés qui les partagent, notamment les Premières Nations, et les communautés asiatique, noire, juive, musulmane, ukrainienne et sud-américaine. Les oeuvres prévues aborderont l’endoctrinement des jeunes islamiques, le défi pour les parents immigrants d’élever des enfants dans une nouvelle société, des souvenirs des premiers Noëls d’immigrants, la vie de femmes, les pensionnats autochtones, la dernière nuit imaginaire de Martin Luther King, l’aspect trouble de l’adolescence, l’incarcération de Japonais durant la Deuxième Guerre mondiale, une variété d’oeuvres destinées aux jeunes, des docu-théâtres provenant des quartiers de Montréal, en plus de la prestation d’une centaine de citoyens ordinaires sur scène pour représenter l’ensemble de la population multiculturelle de Montréal. Le public est sur le point de parcourir le monde dans la pénombre des salles de théâtre !

Subventions de CRÉATION : Black Theatre Workshop – Black and Blue Matters de Omari Newton ; Geordie Productions – Shade de Kalale Dalton-Lutale, et Starlight de Donna-Michelle St. Bernard ; Imago Theatre – Commonwall de Arianna Bardesono ; Théâtre Urbi et Orbi – Urban Tales 12 de multiples auteurs (a également reçu une subvention de traduction) ; Théâtre de l’Avant-pays – Fils de quoi ? de Marie-Christine Lê-Huu ; Odd Stumble – Elsewhere de Joy Ross-Jones ; et Le Trunk Collectif – Le fabuleux voyage de Pepito l’orignal de Lynne Cooper et Zach Fraser.

Subventions de PRODUCTION : Black Theatre Workshop – The Mountaintop de Katori Hall ; Centaur Theatre – The Baklawa Recipe de Pascale Rafie ; DynamO Théâtre – Ceux qui n’existent pas de Pascal Brullemans (a également reçu une subvention de création) ; Imago Theatre – Skim de Mariko Tamaki ; Talisman Theatre – Me and You de Talia Hallmona ; Théâtre I.N.K. – Lignedebus de Marilyn Perreault ; Tashme – The Tashme Project: The Living Archives de Julie Tamiko Manning et Matt Miwa ; Théâtre Bluff – Antioche de Sarah Berthiaume ; Jamais Lu – Jusqu’où te mènera Montréal de multiples auteurs ; Joe Jack and John – Dis merci de Pénélope Bourque (a également reçu une subvention de création) ; Lara Kramer Dance – Windigo de Lara Kramer ; Les productions HÔTEL-MOTEL – Dehors de Gilles Poulin-Denis ; Productions Ondinnok – El buen vestir/tlakentli de Laticia Vera et Carlos Rivera ; Mise au jeu – Par Toutes de Hynda Benabdallah ; Centre Segal – Kim’s Convenience de Ins Choi ; Teesri Duniya Theatre – Birthmark de Stephen Orlov ; et Volte 21 – Safar. Voyages. City of Dreams de Hanna Abd El Nour.

Subventions de TRADUCTION : Festival TransAmérique – 100 % Montréal de Rimini Protokoll ; et Les Filles électriques – Comment j’ai appris à parler aux oiseaux de D. Kimm. Une subvention a également été accordée pour une série d’activités de l’Usine C entourant les conversations australiennes animées par Danièle De Fontenay.

De nombreuses compagnies théâtrales conviennent de la nécessité d’un dialogue

Philippe Ducros, directeur artistique des Productions HÔTEL-MOTEL, explique : « En ces temps où l’on s’acharne davantage à construire des murs que des ponts, la mission de la Fondation Cole d’engager un dialogue interculturel est plus pertinente que jamais. Grâce à cette subvention, nous avons pu rencontrer des gens d’autres provinces, brisant ainsi la solitude qui divise bien souvent le Canada. » Pour Lyne Paquette, directrice artistique du Talisman Theatre, le programme CI-IC a permis à sa compagnie d’explorer les aspects complexes des identités ethniques et raciales au Québec : « En empruntant cette avenue, nous avons non seulement découvert que les arts ont le pouvoir d’aborder ces sujets délicats sans détour en jouant un rôle important dans le dialogue interculturel, mais aussi qu’elle permet de créer des oeuvres théâtrales intéressantes. » Grâce à la Fondation Cole, l’enjeu de la diversité a pris une place importante dans la vision, l’approche et le programme de Volte 21, et selon Hanna Abd El Nour : « Les artistes de la diversité sont de plus en plus nombreux dans les spectacles que nous produisons. Ils abordent les questions socioculturelles avec audace et originalité et contribuent à l’enrichissement de notre culture. » Harry Stanjofski, directeur et conservateur de la pièce Urban Tales 12 présentée par le Théâtre Urbi et Orbi, explique : « C’est la première fois que notre compagnie fait une incursion dans les histoires de différentes communautés, et grâce à l’encouragement de la Fondation Cole à raconter des histoires qui s’inspirent des nouveaux fils qui composent le tissu social de notre ville, ce ne sera pas la dernière. » Avec le soutien de la subvention du programme Conversations interculturelles, Geordie Productions a pu faire avancer l’objectif de créer des oeuvres pertinentes et envoûtantes qui encouragent le dialogue entre les gens de tous âges provenant de différentes cultures et communautés. Kathryn Westoll, directrice générale de la compagnie, affirme : « La Fondation Cole nous encourage à créer des oeuvres qui sont non seulement provocantes, mais qui ont aussi des répercussions sur notre ville et notre province, et à l’étranger. Il est indéniable qu’elle joue un rôle essentiel dans la réalisation de ce que nous souhaitons créer. » La directrice artistique du Centre Segal, Lisa Rubin, croit que le public pourrait être surpris de constater combien il se reconnaît dans la travaillante famille coréo-canadienne de Kim’s Convenience. Elle confirme : « Nous espérons que cette production sera le point de départ de nombreuses conversations interculturelles qui contribueront à renforcer les liens communautaires, à célébrer la diversité et à reconnaître la contribution et les immenses sacrifices faits par les Néo-Canadiens. » Le programme CI-IC de la Fondation Cole soutient aussi les projets du DynamO Théâtre destinés aux familles et au jeune public, qui abordent la question de la diversité culturelle dans la société québécoise. Yves Simard, codirecteur artistique, explique : « Parallèlement au travail créatif, la compagnie tente d’encourager les échanges au sein de notre quartier, l’un des plus multiethniques de la ville. Notre plus récente production reprend le thème de l’exil et de l’immigration. »

Cette année, la Fondation a reçu des demandes de 38 compagnies. De ce nombre, elle a accordé 28 subventions à 25 compagnies, ce qui représente une proportion beaucoup plus élevée que le taux du financement provincial-fédéral. Le prochain appel de candidatures sera ouvert aux productions mises sur pied à partir du 1er mars 2017 pour les saisons théâtrales 2018-19 et 2019-20. La date limite pour le programme cette année est le 29 septembre 2017. Les compagnies de théâtre qui souhaitent poser leur candidature peuvent télécharger le formulaire de candidature sur le site de la Fondation. -30-

Pour obtenir une entrevue avec Barry Cole, président de la Fondation Cole, communiquez avec la responsable des relations avec les médias, Janis Kirshner, au 514 287-8912 ou à jkirshner@sympatico.ca.

Établie à Montréal, la Fondation Cole est une fondation familiale privée créée en 1980 par feu J. N. (Jack) Cole, un homme d’affaires et philanthrope montréalais. La Fondation appuie la recherche dans le domaine de la leucémie pédiatrique et d’autres maladies connexes, en plus d’administrer un programme de soutien aux initiatives communautaires. Le programme Conversations interculturelles – Intercultural Conversations est l’une des initiatives de la Fondation. Le programme a été mis sur pied à la suite de la commission Bouchard-Taylor, qui a reconnu le pluralisme de Montréal et la nécessité d’accroître le dialogue entre les communautés.

Barry Cole, président et chef du conseil d’administration de la Fondation Cole, a fait carrière pendant 30 ans dans la gestion des arts du spectacle, principalement en musique classique. Il a dirigé le Département des arts de la scène de l’Université Queen’s, à Kingston (Ontario), où il a mis sur pied un programme culturel pour la Ville et le campus universitaire. Il a aussi été responsable des subventions au Service de la musique du Conseil des arts du Canada, à Ottawa (Ontario) ; directeur général de l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo (Ontario) ; directeur administratif de la Royal and McPherson Theatres Society, à Victoria (Colombie-Britannique) ; et directeur du programme de théâtre du Centre Saidye-Bronfman des arts de la scène (aujourd’hui le Centre Segal), à Montréal (Québec).

Cette nouvelle à été publié sous Communiqués de presse le 27 mars 2017.